mai 18, 2021

Top 7 des constructeurs de voitures du Québec

Quand on parle de constructeurs de voitures en Amérique du Nord, on pense toute de suite à nos voisins du pays de l’Oncle Sam avec les Ford, GM et Chrysler. On pense peut être également aux constructeurs d’ailleurs, Honda, Audi, Volkswagen, que l’on peut voir sur les routes du Québec. Cependant, beaucoup de gens ignorent que le Québec a également créé des voitures! Ils existent ou ils ont existé; voici un top 7 des constructeurs de voitures du Québec.

1. Felino Cars

Felino CB7R
Crédit photo: motor1.com

Antoine Bessette a été nommé pilote de course canadien de l’année par ASN Canada FIA en 2005. Il a depuis quitté les pistes de course pour lancer sa propre marque de voitures de sport.

Felino Cars est une marque de voitures de sport de luxe conçues pour rouler sur les routes publiques et les pistes de course. L’entreprise ne fabrique que des quantités extrêmement limitées de ses modèles et elle a fait tourner les têtes, après avoir présenté son modèle cB7r aux Salons de l’auto de Montréal et de Toronto. Parmi les constructeurs de voitures du Québec, Felino est pratiquement une des seules entreprises toujours actives.

2. HTT Technologies

Crédit photo: HTT Plethore LC-750

La HTT Pléthore LC-750 est une voiture de luxe imaginée par Luc Chartrand de St-Eustache et son entreprise HTT Technologies. Celui-ci travaille sur ce projet depuis 1997. La voiture est homologuée au Canada en décembre 2010. Cependant depuis 2018, l’entreprise HTT Technologies semble inactive et son site web est hors ligne.

3. Magnum Cars

Magnum MKS
Crédit photo: emotionautoprestige.com

Assurément, la Magnum MK5 est un jouet pour les gens riches. Après tout, une voiture à un prix avoisinant les 150 000 $, ce n’est pas pour tout le monde. La voiture ressemblait à une voiture de Formule et la vitesse de celle-ci pouvait atteindre les 250 chevaux. La MK5 a été présentée au salon de l’auto de Montréal en 2015. L’entreprise relativement inconnue, basée à Boucherville, au Québec, est pilotée aujourd’hui par le concepteur Bruno St-Jacques. Son père Jean-Pierre St-Jacques a fondé Magnum Cars dans les années soixante. Difficile de savoir si l’entreprise existe encore, car le site internet n’affiche que des photos et la page Facebook a été fermée.

4. Dubuc Motors

Dubuc Motors
Crédit photo: Dubuc Motors

La conception large de la carrosserie et les lignes agressives nettes de la Tomahawk commandent la puissance avec un impressionnant 0-60 en 2 secondes, ce qui en fait l’une des voitures les plus rapides au monde. Dubuc Motors, la société qui met sur le marché cette voiture électrique de sport, a annoncé depuis avoir des difficultés financières. En mars dernier, elle a essuyé un refus de Québec pour du financement.

5. Automobiles Manic

Manic GT
Crédit photo: thetruthaboutcars.com

Automobiles Manic a été le constructeur de la voiture Manic Gt de 1969 à 1971. Basée sur un châssis de Renault 8, la Manic GT est le projet de l’entrepreneur Jacques About, coureur automobile et hommes d’affaires français. L’entreprise déclare faillite le 8 juin 1971 à cause de problèmes d’approvisionnement et de manque de fonds. Environ 100 voitures ont pu être complétées et ont roulé sur les routes.

6. Wingho Auto

Wingho Auto - W3 Triposto
Crédit photo: Wingho Auto

Le 19 février 1999, le modèle W3-Triposto a fait sa première apparition au Salon international de l’auto du Canada à Toronto. Le W3-Triposto, qui représente des années de développement et de raffinement, est un roadster à toit ouvert de trois places, construit par Wingho Auto. De Montréal, l’équipe d’ingénieurs de Wingho Auto est composée de Clyde et Hugh Kwok, un duo père et fils. Pour leurs créations, les Kwok utilisent principalement des pièces d’auto Porsche. Leur site web est toujours en action et on peut acheter le modèle W3-Triposto pour 299 000$.

7. Koundalini

Voilà une belle histoire que celle de Gaétan Cusson, un mécanicien du village d’Abercorn en Montérégie qui a pris 6 ans (entre 1981 et 1987) pour réaliser son rêve de créer sa voiture. La Koundalini pouvait rouler jusqu’à 250 Km/h. Elle fut produite à seulement un exemplaire et elle est vite tombée dans l’oubli. À l’époque, M. Cusson avait investi 15 000 $ et 13 000 heures dans ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *